· 

Escalade symétrique

L'escalade symétrique ou le piège de l'ours

Les amérindiens du Canada ont inventé un piège très rudimentaire mais terriblement efficace pour attraper un ours.

Pour cela, il suffit d'enduire une grosse pierre de miel, puis de la suspendre à une branche d’arbre. 

Lorsque l’ours sent la gourmandise, il tente d’attraper la pierre par un coup de patte. Ce faisant, il crée un mouvement de balancier, la pierre part mais revient le frapper.

L’ours s’énerve et tape de plus en plus fort, amplifiant le mouvement de balancier, revenant le cogner de plus en plus fort... jusqu’au KO final !

En fait, l’ours est incapable de penser « et si j’arrêtais ? » Il est enfermé dans le cycle « on me donne des coups, je les rends », alors qu’il suffirait d’arrêter de taper sur la pierre pour que cette dernière s’immobilise. Il pourrait alors lécher la pierre en toute sécurité.

 

Il en va de même entre individus…

Ce qui est au départ une simple divergence d’opinion peut devenir rapidement un conflit ouvert, avec une escalade, chacun répondant à ce qu’il perçoit comme étant de l’agression chez l’autre (qui en est parfois mais pas toujours) en montant d’un cran.

 

Plus il y a d’affect en jeu, plus il est difficile d’arrêter car reculer signifierait perdre la face. C’est l’escalade symétrique.

 

Mais, comme pour l’ours, votre attitude détermine pour une bonne part la tournure que va prendre la conversation.

 

 

Comment sortir d’une escalade symétrique ?

 

Acte 1 : en prendre conscience.

 

Si vous sentez monter la colère en vous, que l’envie d’en découdre avec l’autre en en rajoutant, pensez au piège à ours. A ce moment-là vous avez le choix, d’y aller… ou pas.

 

Acte 2 : sortir de l’escalade.

 

Si vous décidez de sortir de la dynamique, toute parole ou tout acte faisant « un pas de côté » vous permettra de désamorcer la situation.

Exemple : demander l’heure (peut paraître ubuesque, mais ça désarçonne l’interlocuteur), parler d’autre chose, reporter la discussion, s'arrêter en plein milieu d'une phrase…

 

Essayez, et expliquez-moi en commentaire comment vous vous y êtes pris

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0